Pages Navigation Menu

Comment une maman arrondit ses fins de mois en BLOGUANT !!

Le sumo qui ne pouvait pas grossir – Eric-Emmanuel SCHMITT

 

livre à lire

 

Il y a de ces romans qui se lisent d’une traite, ces romans dont on pressent qu’il faudrait les relire pour en comprendre toute la portée : ce sumo qui ne pouvait pas grossir en fait partie…

 
 

Le résumé :

 

Un jeune Japonais de 15 ans, Jun, vit dans la rue : il a perdu son père, n’a plus vraiment de contacts avec sa mère, analphabète qui lui envoie de temps à autre une lettre contenant un objet symbolique.

Un vieillard l’accoste un jour en lui affirmant « Je vois un gros en toi ». Il lui répétera cette phrase jusqu’à ce que Jun cède et accepte de se rendre à un combat de sumo, invité par ce mystérieux Shomintsu. Jun est alors séduit par ce sport et décide de rejoindre Shomintsu dans son école de sumo : le vieillard s’avère être l’un des meilleurs entraîneurs du Japon dans cette discipline.

Malgré ses efforts pour devenir un bon sumotori, Jun rencontre beaucoup de difficultés pour atteindre le poids minimal requis pour entrer en compétition. Grâce à son Maître, il comprendra pourquoi…

 
 

A propos de l’auteur :

 

Eric Emmanuel Schmitt est né en 1960 à Lyon. Enfant rebelle, la philosophie l’aurait remis dans le droit chemin et lui aurait permis de se retrouver lui-même.

Agrégé de philosophie, passionné de théâtre, il vit une expérience mystique en plein désert du Sahara en 1989. Une phrase l’obsède : « tout est justifié » et lui donne l’envie d’écrire.

Ses pièces de théâtre sont un succès, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran est sans doute l’une des plus connues.

Dès les années 2000, il écrit des romans, qui seront tous des succès en France comme à l’étranger. Plusieurs d’entre eux portent sur les religions : le soufisme, le christianisme, le judaïsme ou encore le bouddhisme zen (Le sumo qui ne pouvait pas grossir). Une question sous-tend plusieurs de ses œuvres : sommes-nous libres ? Ou au contraire avons nous une destinée déjà écrite ?

Plus récemment, il prend la direction du théâtre Rive Gauche.

Il a été nommé Académicien à l’Académie Royale de langue et de littérature française de Belgique en juin 2012.

 
 

Mon point de vue :

 

Eric Emmanuel Schmitt utilise une bien jolie parabole pour parler de cet enfant qui ne veut pas grandir, écrasé par son passé, son enfance difficile et le poids de ses préjugés.

Devenu misanthrope à force de se refermer sur lui-même, ce n’est qu’en acceptant son passé que Jun parvient à délivrer son corps comme son esprit. La pratique du bouddhisme zen l’accompagne dans cette acceptation de soi et de ses émotions.

J’ai beaucoup apprécié ce court roman d’Eric Emmanuel Schmitt : à travers une situation simple, l’auteur nous propose une réflexion sur nous-même et le recul que nous ne savons pas toujours prendre, une réflexion sur la vie et la « destinée ». Il y a parfois des hasards, des signes qui nous sont donnés pour nous indiquer une nouvelle voie. A nous d’être attentif et de les reconnaître. Nous devons ainsi garder notre esprit ouvert au monde.

Ne pas refouler son passé et accepter qu’il fasse partie de nous nous permet de grandir et d’affronter notre vie d’adulte en tant qu’être conscient.

J’ai également apprécié la plume d’Eric Emmanuel Schmitt, concise, agréable à lire et pleine de poésie, notamment dans les lettres métaphoriques envoyée par la mère de Jun .

Je recommande !

Retrouvez le sumo qui ne pouvait pas grossir en cliquant ici !

 
 

Extraits :

 

Avec mes yeux, parmi ces suros au corps lisses, à la peau glabre, aux cheveux huileux arrangés en chgnon tartignolle, je ne voyais que des bébés géants, de repousssantes poupées vivantes en couches culottes ; avec les yeux de mes voisines, je soupçonnai qu’ils étaient des hommes, peut-être des mâles attirants, séduisants, voire d’authentiques sex symbols selon certaines jeunes filles qui ne cachaient pas leur désir.

Ce qu’on refoule pèse plus lourd que ce qu’on explore.

Tu progresses, Jun. Tu rates tes combats, mais tu échoues avec style.

A l’envers des nuages, il y a toujours un ciel.

 
 

3 Comments

  1. J’ai découvert Schmitt récemment & j’aime bcp sa plume.
    J’ai été enchanté par Concerto à la mémoire d’un ange… aimé Oscar & la dame rose, les 10 enfants que Mme Ming n’a jamais eus, etc etc

  2. Un roman que j’ai beaucoup aimé également! J’adore d’ailleurs presque tout de cet auteur^^

    • Merci Pauline et Soma pour vos petits mots !
      J’ai d’autant plus envie de lire d’autres livres de SCHMITT !
      A bientôt

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *