Pages Navigation Menu

Comment une maman arrondit ses fins de mois en BLOGUANT !!

La Patience du Diable – Maxime CHATTAM

patience diable

 

Il fallait que j’approfondisse le sujet « Chattam » : restée sur une mauvaise impression suite à la lecture de l’un des ses romans (je ne me rappelle même plus lequel , c’est dire s’il m’avait marqué…), je voulais absolument lire un autre de ses romans. C’est chose faite avec La Patience du Diable.

 
 

Résumé de La Patience du Diable :

 

Cela commence par une terrible fusillade dans un TGV, se poursuit avec une sombre histoire de trafic (je ne vous dis pas de quoi, ce serait trop en dire !), puis des combats de chiens illégaux et enfin des personnes apparemment sans histoire découvertes mortes de peur.

Ces événements pourtant bien distincts les uns des autres sont en fait intimement reliés. Ludivine Vancker mène l’enquête et remonte ainsi jusqu’aux origines du Mal…

Et si le Diable existait vraiment ?

 
 

A propos de l’auteur :

 

Maxime CHATTAM n’est pas que le mari de Faustine BOLLAERT : c’est aussi un romancier à succès, reconnu pour « renouveler le genre du thriller en France ».

Né en 1976 (comme moi !), il poursuit des études de criminologie avant de se lancer dans l’écriture. Passionné de théâtre, il étudie au cours Simon à Paris et apparaît dans des publicités à la télévision.

Vendeur à la Fnac, il profite de ses relations avec les maisons d’édition pour leur proposer ses premiers écrits : l’un deux lui donne une chance et publie le Cinquième Règne, prix du roman fantastique du festival de Gérardmer en 2003.

Il regroupe ses romans sous forme de cycles :

– la Trilogie du Mal comprend 3 romans, publiés entre 2002 et 2004.

– le Cycle de l’Homme et de la Vérité, 3 romans publiés entre 2006 et 2008.

– Autre Monde, 6 romans publiés entre 2008 et 2013.

– Le Diptyque du Temps, 2 romans en 2010 et 2011.

D’autres romans, pièces de théâtre, nouvelles et bandes dessinées viennent compléter une production littéraire très riche, puisque pas moins de ses 30 écrits paraissent entre 2001 et 2015.

 
 

Mon point de vue sur La Patience du Diable :

 

 Je démarrais ma lecture sans aucun a priori, prête à découvrir l’univers de Maxime Chattam, présenté comme l’auteur qui a renouvelé le genre du thriller en France.

Grande fan de Jean Christophe GRANGE, j’attendais quand même Chattam « au tournant ». Eh bien j’ai été déçue…

J’ai dévoré les premières pages, c’est certain : l’intrigue est prenante, la lecture facile, même si quelques tournures de phrases m’ont parfois gênée dans ma progression.

Puis est apparu UN personnage que j’ai de suite soupçonné d’être le coupable que recherche l’héroïne, Ludivine Vancker, gendarme à la section de recherches de la gendarmerie.

J’ai poursuivi ma lecture, je souhaitais connaître l’issue du roman, être surprise… et pas du tout ! Soit j’ai lu beaucoup trop de thriller de ce type et je ne réussis plus à être accrochée comme je l’étais avant, soit le genre a vraiment du mal à se renouveler et reproduit finalement toujours les mêmes schémas…

De sombres meurtres par ci, quelques détails sanguinolents voire effrayants par là, l’héroïne mystérieuse acharnée de travail pour mieux oublier la platitude de sa vie personnelle : certains apprécieront sans doute, surtout ceux qui connaissent peu les univers de Grangé ou de Thilliez. Comme beaucoup des thrillers qui sortent depuis quelques années, j’ai l’impression qu’il a été écrit pour être adapté au cinéma, beaucoup d’images sont frappantes et m’ont marquée plusieurs jours durant.

Je n’ai donc pas été très emballée par le roman, qui reproduit une trame déjà vue et revue.

Par contre, ce qui pour moi fait l’intérêt de La Patience du Diable est bien la thèse défendue derrière tout cela : la société d’aujourd’hui engendre la violence par sa banalisation certes, mais surtout par l’exclusion de certaines personnes, qui sous influence ne savent répondre autrement que par la violence.

Cela a raisonné particulièrement en moi, après les attentats dont a fait l’objet la France les semaines passées (attentats contre Charlie Hebdo et prise d’otages).

A vous de le lire pour vous faire votre propre opinion…

N’hésitez pas à partager votre point de vue en commentaire pour apporter votre éclairage personnel aux lecteurs du blog !

 
 

Quelques extraits :

 

« L’homme est prédisposé à la violence et celle-ci ne fait que croître, à mesure que nous industrialisons le monde, que tout se mondialise, la violence grandit, tel un virus, elle s’apprête à exploser. La violence est l’avenir de l’homme ».

« L’amour se transformait en une souffrance incommensurable sitôt que la mort le faisait passer dans son alambic sinistre. »

« C’était un malade, un tordu qui n’éprouvait du plaisir qu’à travers la soumission totale et mortelle des autres. A travers leur déchéance, leur souffrance. Leurs cris étaient l’eau qui hydratait son âme. Un buveur de larmes. »

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *