Pages Navigation Menu

Comment une maman arrondit ses fins de mois en BLOGUANT !!

Où on va, papa ? Jean-Louis FOURNIER

 

maman blogueuse

 

Partie chercher La servante du Seigneur dans ma bibliothèque préférée, c’est sur un autre livre de Jean-Louis Fournier que mon choix s’est arrêté : Où on va, papa ?…

 
 

Le résumé

 
Jean-Louis Fournier, l’écrivain et narrateur, a décidé d’écrire un livre pour ses enfants, Thomas et Matthieu, tous deux handicapés. Pour qu’on ne les oublie pas, pour leur rendre un dernier hommage…
 
 

A propos de l’auteur

 

Jean-Louis Fournier est écrivain, réalisateur et humoriste né en 1938. Cette date de naissance m’a quelque peu étonnée car j’avais imaginé l’auteur de Où on va, papa ? comme plutôt trentenaire… mais ce n’est pas l’essentiel.

Entre 1992 et 2013, il a publié pas moins de 29 romans, essais, recueils de nouvelles ou encore albums jeunesse…

Proche de Pierre Desproges à la télévision et au théâtre, il obtient le prix Femina avec Où on va, papa ? que je vous présente aujourd’hui.

 
 

Mon point de vue

 

J’avais entendu parler de Jean-Louis Fournier et de son style très particulier. J’attaquais donc Où on va, papa ? avec beaucoup de curiosité et d’envie.

Le roman est constitué de courts textes, d’une demi-page à deux pages maximum. Ces textes racontent chaque fois une anecdote, un sentiment ou une pensée de l’auteur, en lien avec ses deux enfants handicapés.

Le livre est loin d’être larmoyant, c’est le tragique de certaines situations et le cynisme de l’auteur qui nous permettent de comprendre combien être parent d’enfant handicapé est difficile et surtout quasiment incompréhensible pour nous, parents d’enfants « normaux ». Le lecteur ressent la dualité vécue par le papa : amour pour ses enfants, mais aussi douleur voire rejet de ces deux petites personnes que la vie lui a confié.

Toutefois, quand bien même j’ai apprécié le style de l’auteur, je me suis sentie lassée : vers la moitié du livre, c’est comme si j’avais bien compris le message. OK,  des enfants handicapés, c’est lourd à porter, à gérer.  OK, le regard des autres est difficile, car ils sont souvent gênés. J’ai moi-même ressentie de la gêne face à  la violence de certains mots utilisés par l’auteur pour décrire ses enfants.

Au final, c’est un peu comme si Jean-Louis Fournier avait cherché à nous raconter toujours plus de choses, perdant par là la spontanéité d’un tel écrit, hommage à ses deux garçons, « deux petits oiseaux déplumés qui tremblent » quand on les déshabille.

D’ailleurs, ne nous dit-il pas à propos de sa fille « Quelle belle revanche sur le sort, jusqu’au jour où… Mais assez rigolé, c’est une autre histoire. » , nous annonçant  5 ans avant sa publication « La servante du Seigneur », où il nous parle d’elle ?

Où on va papa ? est malgré tout un roman à lire : il reste un témoignage poignant de la détresse vécue par les parents d’enfants handicapés.

 
 

Extraits

 

Faire un enfant, c’est un risque à courir, on ne gagne pas à tous les coups… Pourtant, on continue à en faire.

Chaque seconde sur Terre, une femme met un enfant au monde… Il faut absolument la retrouver et lui dire qu’elle arrête, a ajouté l’humoriste.

Ils contestent toujours avec force le diagnostic du médecin.

Leur fils n’est pas mongolien, il est cambodgien.

Elle est terrible la mort de celui qui n’a jamais été heureux, celui qui est venu faire un petit tour sur Terre seulement pour souffrir.

De celui-là, on a du mal à garder le souvenir d’un sourire.

 
 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *