Pages Navigation Menu

Travailler en nuisette pour mieux profiter de sa vie

Rencontre de Mélo du blog Les mots de Mélo

 pate a modeler

 

Je vous propose de découvrir qui se cache derrière « Mélo » du blog littéraire Les Mots de Mélo, que j’ai découverte via Hellocoton (une fois n’est pas coutume…) et avec laquelle j’ai en commun un certain nombre de livres coups de coeur !

 

Linette – Bonjour Mélo, pour que les lecteurs comprennent qui tu es, peux-tu te présenter ?

Mélo – Bonjour Linette et merci à toi de me proposer cette interview, c’est une grande première pour moi, la grande classe !
J’ai 31 ans, je vis avec mon compagnon depuis plusieurs années dans un petit appartement en région parisienne. Petit certes mais j’adore mon chez-moi. Je m’y sens bien et tellement que quand d’autres disent s’ennuyer en vacances l’hiver chez eux j’ai du mal à comprendre (^-^).
J’aime le café, le chocolat, les tartes aux fruits, les chats, les livres, mon ordi, me cultiver, le soleil, les fleurs, les orages et les journées pluvieuses en automne.

Linette – En tant que lectrice, comment te définirais-tu ?

Mélo – Ouh, vaste question ! Je suis une lectrice touche-à-tout je crois. Je tente tous les genres pour peu que le synopsis m’intéresse mais je me suis trouvé plus d’affinités avec le genre contemporain, fantastique, le polar/thriller et maintenant le genre Young-adult que j’ai découvert en plongeant dans la blogosphère. Je renoue aussi avec la BD que j’avais délaissée à la sortie de l’adolescence parce que j’avais l’impression d’avoir fait le tour. Et je me rends compte qu’il y a de très belles BD contemporaines qui méritent le détour. J’adore ça, et la bibliothèque pour ça, c’est fantastique !

Ce qui est un peu embêtant c’est que j’achète bien plus vite que je ne lis, je suis une lectrice très lente je crois mais je ne peux m’empêcher de craquer sur les nouveautés. Ce qui fait que j’empile des tas de livres qui n’attendent que moi. C’est bien souvent déprimant les jours où je me rends compte que je n’ai lu que quelques pages. Mais c’est tellement agréable de fureter dans les librairies et de repartir avec des histoires plein les bras. Le sac est plus lourd mais on se sent plus léger, non ?

Plus globalement, les livres me sont indispensables, il me faut mon moment lecture chaque jour. Et plutôt que dévorer les livres, je déguste les mots.

Linette – Combien de temps consacres-tu à la lecture chaque jour ?

Mélo – Ca dépend des jours. Je pense que j’y consacre maximum 3 heures mais je ne peux aussi n’y consacrer qu’une demi-heure. Je ne suis pas une lectrice endurante, je ne me vois pas avaler les pages douze ou vingt-quatre heures d’affilées par exemple comme ces challengeuses/eurs qui font des marathons ! J’admire mais ce n’est pas pour moi…

Et puis il faut dire que bloguer prend beaucoup de temps !… C’est souvent dur de concilier les deux.

Linette – Salons du livre, rencontres avec les auteurs et séances de dédicaces … Les recherches-tu ?

Mélo – Les salons, en général si j’y vais c’est surtout pour voir mes copines sinon je fuis ces gros évènements. Je ne supporte pas la foule, les bousculades et les files de lectrices hystériques (pardon mesdemoiselles mais il n’y a pas souvent de messieurs, il faut l’avouer). En plus, souvent, les tables de livres sont prises d’assaut, il faut jouer des coudes pour lire une quatrième de couverture et ça m’est franchement désagréable.
Donc quand je vais dans ce genre d’évènement, c’est pour voir les copines qui viennent de loin et qui parfois dorment à la maison.

Les dédicaces et bien j’avoue que je n’en suis pas friande non plus. Si c’est seulement pour échanger quelques banalités et une signature, boaf, ça m’intéresse moyen. J’aime voir les auteurs en chair et en os mais si je n’ai pas quelque chose de particulier à dire, je reste à observer de loin, c’est sympa aussi…
Surtout que je ne suis absolument pas collectionneuse de dédicaces même si j’apprécie quand j’en récolte ou en reçois une par la Poste.

Linette – Ton endroit favori pour lire  ?

Mélo – J’adorerais avoir un fauteuil rien qu’à moi dans un petit coin rien qu’à moi mais à défaut mon endroit préféré est mon lit, bien installée dans la couette, mais c’est traître, Morphée n’est parfois pas loin !
Les rocking –chair c’est sympa aussi…. *rêve*
Oh et les terrasses aussi…
Voire les balcons….
Mais bon on fait avec ce qu’on a et c’est déjà pas mal J

Par contre mon cadre idéal pour lire, c’est en solitaire, sans bruits parasites et sans musique.

Linette – Es-tu plutôt livre papier ou liseuse électronique ? 

Mélo – Les deux. J’ai craqué pour une liseuse l’année dernière et j’adore ça. Outre le gain de place je trouve que c’est vraiment confortable à la lecture, c’est léger, vraiment très pratique, très agréable. D’ailleurs lorsque j’attaque un gros livre papier il m’arrive de râler de ne pas l’avoir en numérique ; les gros livres sont devenus bien trop encombrants pour moi.
Ce que j’aime particulièrement c’est la loupiote intégrée à la housse qui me permet de lire en pleine nuit à côté de l’homme lorsqu’il dort. Un moment rien qu’à moi, un moment que je déguste.
Mais j’achète encore nombre de livres papier parce que j’adore me déplacer en librairie et j’adore aussi l’objet, les belles couvertures, toucher les pages…
Je me place donc entre les deux et j’espère que le monde de l’édition et les libraires arriveront à faire cohabiter les deux supports. (ce ne serait pas génial d’aller acheter ses livres numériques à la librairie, franchement ?)
J’ai d’ailleurs du mal à comprendre lorsque je lis des avis réfractaires au numérique. De toute façon on n’y coupera pas, pourquoi faut-il être pour ou contre ? Ne peut-on pas pouvoir aimer et acheter les deux ? Je suis sûre qu’il y a moyen de faire cohabiter les deux dans la joie et la bonne humeur.

Par contre le prix des livres numériques reste élevé je trouve, c’est moins cher qu’un livre papier mais quand même, je pense que les maisons d’édition se font des marges énormes…
Et je ne parle pas des DRM et de l’obligation de passer par le logiciel Adobe… Les gens qui ne maîtrisent pas l’informatique doivent se sentir largués. Il y a donc encore des efforts à faire mais je laisse ça aux professionnels, en espérant que ça évolue dans le bon sens !

Linette – Comment choisis-tu tes lectures ? As-tu un genre favori ? Un auteur -vraiment- préféré ?

Mélo – Je suis peut-être superficielle mais comme d’autres superficiels, ce sont les couvertures qui m’attirent en premier. Il faut que ça me plaise. Il m’arrive souvent de passer mon tour lorsqu’une couverture ne me plaît pas même si le livre est porté aux nues par les médias ou les blogueurs. (d’ailleurs en général je déteste les couvertures du genre bit-lit mais ça tombe bien, c’est un genre qui ne m’attire aucunement). En général quand la couverture est poétique, a un bon design, je lis le synopsis… et plus si affinités.

Sinon bien sûr la blogosphère « littéraire » contribue énormément à faire monter ma Pile à Lire. C’est terrible la blogo pour ça…

Il y a aussi l’émission « La Grande Librairie » qui est terrible… Vu que j’adore les débats littéraires (je trouve ça passionnant) j’ai toujours envie d’acheter ce qui est présenté. C’est dommage qu’il y ait si peu d’émissions littéraires, c’est souvent super intéressant.
(d’ailleurs là en période de grandes vacances, c’est terrible parce qu’il n’y en a pas, je me meurs !)

Un genre favori ? Je dirais le contemporain et le fantastique.
Et pour l’auteur – vraiment – préféré, je n’en ai pas (encore) même si j’ai quand même des auteurs chouchous. Il faut dire que je n’aime pas me cantonner à un auteur ou une saga. Je préfère varier.

Linette – A quoi es-tu sensible lorsque tu as un livre en main ?

Mélo – Au format… J’aime les formats qui changent (des livres un peu plus épais, plus petits, des coins arrondis). Sinon plus globalement j’aime les livres de qualité. Genre coup de cœur pour les éditions Au Diable Vauvert. Les designs sont toujours soignés, la mise en page aussi avec quelques petites fantaisies en début des chapitres, le papier est tout doux… D’ailleurs il faut que je me lise Alcool de Poppy Z. Brite et La fille automate de Paolo Bacigalupi  tous deux achetés sur le dernier Salon du Livre de Paris.

Sinon ce à quoi je suis le plus sensible, ce sont les mots, bien sûr. A partir du moment où l’histoire me transporte ou me touche de quelque façon, qu’elle soit éditée sur du PQ ou sur des feuilles d’or, peu importe (oui ok j’exagère, ce serait quand même dommage de publier sur du PQ…).

Linette – Quel livre t’a le plus profondément marquée, parmi tous ceux que tu as pu lire ?

Mélo – Ouhla, encore une vaste question ! Pfiou pour ça il faut que je remonte loin parce que je pense qu’on peut dire qu’un livre nous a vraiment marqué quand on en a encore un souvenir vif 5, 10, 20 ans plus tard… Le Parfum de Patrick Suskind a été de ceux-là. Le Horla (Maupassant) aussi. Ou encore On n’est pas sérieux quand on a 17 ans  de Barbara Sanson que j’ai lu… à 17 ans (ou quasi). Il m’a fait pleurer à chaudes larmes ; c’est un témoignage qu’on peut trouver maintenant en format poche.
L’année dernière j’ai eu un véritable coup de cœur pour Le Livre Perdu des Sortilèges de Deborah Harkness dont j’attends la suite en VF puisque c’est une trilogie. C’est une histoire de vampires mais tellement bien écrite qu’on la déguste.

Ou encore, lu il y a quelques semaines : Enola Game de Christel Diehl Diehl qui, je pense, est un livre qui marque.

Linette- Je te laisse nous en proposer une chronique…

Mélo – Haha la question piège ! Ouf, j’ai déjà publié une chronique sur ce dernier. La voici :

« La vache ! Scotchée je suis en refermant ce livre. Il est tout petit mais qu’est-ce qu’il est intense !
On devine aisément dès les toutes premières pages ce qui retient chez elles une mère et sa fille de quatre ans même si ce n’est jamais dit de façon précise : une bombe nucléaire a éclaté. Elles n’ont reçu qu’une information, celle de rester cloîtrées chez elles, avant de ne plus recevoir du tout de nouvelles de l’extérieur. Elles disposent d’assez de nourriture et d’eau pour vivre quelques mois, en espérant que la situation s’améliore. Le temps commence donc à égrener ses interminables secondes. Il faut constituer un semblant de normalité pour l’enfant, la mère plonge souvent dans ses souvenirs en s’accrochant à des bonheurs passés qui la maintiennent à flot.

Outre la justesse des mots, il se dégage une véritable tendresse de ce court roman et même si la mort plane, c’est la vie qu’il célèbre. Que reste-il quand l’espoir est si ténu ? Certains passages me restent vivement en tête, notamment celui sur la cueillette de myrtilles un jour d’été ou celui sur la pâte d’amande achetée dans une épicerie fine. La vie de famille, ses délices, le quotidien perdent leurs caractères insignifiant et éternel.
[…] »

La suite se trouve ici : http://lesmotsdemelo.com/2012/07/enola-game-christel-diehl/

Linette – Parlons un peu de toi et de ton site : Les Mots de Mélo. On y retrouve bien sûr et essentiellement tes chroniques, mais aussi quelques autres petites choses selon ton humeur (humm ! la tarte aux abricots !)

Alors, question classique: pourquoi ce blog et quand l’as-tu créé ?

Mélo – Au départ, au début des années 2000 avec l’arrivée d’internet dans mon foyer, j’ai commencé à taper des titres de livres dans un moteur de recherche (d’ailleurs était-ce Google dans ces années-là ?) et je suis tombée sur quelques communautés comme critiqueslibres.com. Les internautes publiaient  (et publient encore) leurs avis sur des tas d’ouvrages. Je me souviens d’ailleurs que mes recherches se portaient beaucoup sur les titres de Stephen King. J’admirais les gens qui réussissaient à coucher leurs sentiments sur le papier l’écran (mais je me trouvais tellement nulle que je n’ai même pas essayé). Puis j’ai commencé à fréquenter les forums de lecture. Je me rendais compte que la Toile n’était pas si inutile que ça. Je suis restée plusieurs années à fréquenter quelques forums, je prenais des nouvelles des uns et des autres, leurs lectures mais pas que. Des forums sont venus les blogs et j’ai trouvé l’idée de partager ses lectures en bloguant tellement chouette que j’ai en quelque sorte suivi le mouvement. Mes premières « chroniques » ne font que quelques lignes, je ne savais pas si j’allais réussir à continuer. Puis finalement je suis toujours là.
Avant, les blogs pour moi se limitaient aux ados qui partageaient leurs photos et leurs « ouaich » sur skyblog. Il n’était donc pas question que j’en créé un jusqu’à ce que je découvre la blogo « littéraire » (oui le terme littéraire est un peu trop pompeux). J’ai créé mon blogichou en novembre 2009 et ne l’ai plus quitté.

Il me permet d’abord de garder une trace de mes lectures, puis de faire des efforts de réflexion et d’écriture même si ce que je raconte n’est pas hautement intellectuel ni même parfois intéressant. J’ai besoin et envie de garder ce support pour synthétiser mes pensées et continuer à écrire en français correct… Je n’ai pas un job « intello », je me rattrape comme ça.
Je ne suis jamais satisfaite de ce que j’écris par contre. Je me morfonds toujours en me relisant… mais malgré tout j’aimerais le garder encore longtemps !

Linette – Suis-tu les statistiques de ton blog ? As-tu une idée du nombre de tes visiteurs ?

Mélo – J’ai installé un espèce de compteur de visites, j’aime suivre l’évolution du nombre de visites mais seulement à titre informatif. D’ailleurs je ne sais pas si on peut se fier à ce genre de trucs parce que j’en ai installé un deuxième pour voir et ils ne sont pas tout le temps d’accord tous les deux…

Je ne sais pas du tout si mon blog a une bonne fréquence en terme de visiteurs ou pas mais ce que je sais c’est que j’adore voir qu’on ma laissé des commentaires. Il faut le reconnaître, c’est flatteur quand on est lu et ça fait plaisir quand on nous laisse des petits mots aussi courts soit-il. Je ne sais pas si j’arriverais à continuer ce blog sans les visiteurs et les commentaires.

Linette – Comme d’autres « dévoreuses de bouquins », es-tu toi aussi tentée par l’écriture ?

Mélo – Oh que j’aimerais coucher une histoire vibrante sur le papier ! Malheureusement je ne m’en sens absolument pas capable, j’ai déjà du mal à écrire mes billets… Alors j’admire tous ces écrivains, leur imagination, et leur génie !

Linette – Un dernier mot pour conclure cet échange ?

Mélo – Merci Linette (oh une fan ( ?) moi aussi j’adore !), ce fut très sympathique.

Question (chacune son tour, héhé) : Tu dis vouloir parvenir à gagner d’ici trois ans 1500 euros par mois grâce à ton blog. Penses-tu vraiment que ce soit possible ? Parce que ça fait rêver ton truc quand même ! 

Ha et tant que j’y suis, si vous avez envie de m’aider à gagner une belle pile de livres, j’aurais besoin d’un petit vote ici. Merci d’avance à ceux qui auront la bonté de m’apporter une petite voix .

 Linette – Tout d’abord un grand merci Mamzelle Mélo d’avoir répondu à mes petites questions…

Pour répondre à la tienne, oui bien sûr que je pense qu’il est possible de gagner d’ici trois ans 1500 euros par mois grâce à ce blog ! Je n’ai pas envie de me fixer des objectifs irréalisables… Et même si cela ne fonctionne pas, ce n’est pas grave, l’aventure aura été belle ! J’ai de toute façon besoin de me fixer des challenges pour avancer.

 

Je vous donne rendez vous dans une petite semaine pour une rencontre différente : une mompreneur pleine de peps !

 

9 Comments

  1. Très chouette cette interview!!! Parler de l’écriture, quoi de mieux! Longue route à Melo!

  2. J’aime beaucoup Melo, merci de m’avoir permis d’en savoir un peu plus sur elle 🙂

    • Ooh merci Natiora, je suis toute rougissante !! ((:

  3. Merci à toi Linette pour cette première interview de toute ma vie 😀 J’espère que je n’ai pas été trop chiante à lire et que mes réponses ne sont pas trop nazes ;-))
    Je te souhaite du succès dans ton projet ! Ca fait rêver ton truc ;-). D’ailleurs j’ai commencé une nouvelle lecture hier soir et j’ai pensé à toi parce qu’un des personnages change de carrière pour devenir blogueur à part entière ! C’est rigolo cette coïncidence 🙂
    Tu as raison, moi aussi j’ai besoin d’objectifs pour avancer….

    A bientôt, bonne soirée !

    (merci l’insatiable !)

    • non Mélo j’ai adoré te lire… Si les réponses sont construites et fournies, c’est un plaisir et peut-être aussi que mes questions ne sont pas trop mal 😉
      Drôle de coïncidence en effet que ta nouvelle lecture. Tu le chroniqueras ce livre, que je puisse en savoir plus ?

      • Tes questions sont parfaites ;-D
        Oui je le chroniquerai celui-ci. C’est « Ferme les yeux » de Amanda Eyre Ward.

  4. J’étais déjà fan de Mélo et de son blog (nous avons bcp de gouts en commun ainsi que, je le pense, la même vision de bcp de choses concernant la blogo, le livre, la lecture, etc. Et me voilà encore plus sous le charme grâce à toi, Linette !
    Très bel article <3

    • Ooh merci Cajou c’est gentil !! Je rougis de plaisir à cause de vous toutes !! ;-D

  5. Très chouette cette interview !!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *