Pages Navigation Menu

Comment une maman arrondit ses fins de mois en BLOGUANT !!

Mange, Prie, Aime – Elizabeth Gilbert

 

femme au foyer

 

Pour la première fois, je vous propose la chronique d’un livre que je n’ai pas réussi à terminer… Ben oui, quoi, j’en ai quand même lu 200 pages (sur 500) !..

Vous l’aurez deviné, je n’ai vraiment pas été emballée par ce best-seller, qui a inspiré un film du même nom, sorti en 2010, avec entre autres Julia Roberts…

 
 

Le résumé :

 

Ce livre est autobiographique et raconte le voyage de son auteure, désireuse de changer de vie après un divorce douloureux.

Elle partira ainsi en Itlaie quelques mois, pour « manger », puis en Inde pour « prier » et enfin en Indonésie à la recherche de l’amour… D’où le titre du roman Mange, Prie, Aime.

 
 

A propos de l’auteur :

 

Elizabeth Gilbert est née en 1969 dans une petite ferme du Connecticut et a poursuivi ses études en sciences politiques à New York.

Après quelques années de voyage à travers les Etats-Unis, elle écrit son premier recueil de nouvelles basées sur ses expériences au cours de ce périple. Elle sera alors parmi les finalistes du prix Pen / Hemingway. Elle travaille ensuite en tant que journaliste pour divers magazines américains et continue de publier des ouvrages de fiction ou de vie réelle, comme avec Le Dernier Américain où elle décrit la vie d’Eustace Conway, un homme qui renonce au confort de la vie moderne pour s’installer dans un tipi au fond des bois (où il vit toujours, 20 ans plus tard).

C’est en 2006 qu’Elizabeth Gilbert publie Mange, Prie, Aime, sorte de mémoires décrivant sa réconciliation avec la vie et avec elle-même après son divorce à travers son voyage en Italie, à Rome et en Indonésie.

Ce livre devient vite un best seller, à tel point que Time Magazine élira son auteure parmi les 100 personnes les plus influençables de la planète…

En 2010 est éditée une suite à Mange, Prie, Aime, intitulée Mes Alliances, dans lequel Elizabeth Gilbert cherche à comprendre la signification du mariage dans différentes cultures, et en abordant les sujets qui fâchent…

 
 

Mon point de vue :

 

Cela s’annonçait savoureux : une jeune femme, trentenaire, décide de tout plaquer du jour au lendemain pour enfin vivre sa vie telle qu’elle l’entend.

Qui d’entre vous n’y a pas pensé une seule fois dans sa vie ? Tout plaquer pour oublier les contraintes de notre vie « plan-plan » ? Changer de vie quoi ?

Ainsi Elizabeth Gilbert a-t-elle toujours rêvé d’apprendre l’Italien. Qu’à cela ne tienne, elle part pour l’Italie, où de rencontre en rencontre, elle oublie le temps qui s’écoule et se réconcilie peu à peu avec elle-même, reprenant le goût de « manger » au mépris des calories. Elle rencontre alors un gourou qui lui annonce qu’elle va trouver la meilleure façon de méditer en partant pour l’Inde, dans un ashram, où enfin elle se trouvera elle-même…

Je vous l’avoue, c’est là que j’ai stoppé ma lecture, la recherche de Dieu par la méditation m’ayant complètement fait décrocher…

Certes, l’écriture d’Elizabeth Gilbert est fort agréable, tout coule de source, on ressent une vraie sincérité de la part de l’auteure.

Pourtant, impossible pour moi d’avancer dans le livre.

Sont-ce certains poncifs sur l’Italie qui m’ont dérangée ? (les Italiens sont séducteurs, ils mangent des glaces et des pizzas, ils aiment ne rien faire et sont les inventeurs de la Dolce Vita). Ou bien le passage (drôle ?) où Elizabeth se montre étonnée de ne trouver à Rome aucun journal ou magazine en anglais, trahissant là une autre idée reçue selon laquelle les Américains se croient seuls au monde ?

Je ne saurais dire. Peut-être ne me suis-je tout simplement pas reconnue dans cette femme…

En tout cas, vous l’aurez compris, je n’ai pas été touchée par ce récit. Et vous, qu’en avez-vous pensé ? L’avez-vous lu ou vu au cinéma ?

Si cela vous tente de suivre Liz dans son aventure aux 4 coins du monde, vous pouvez cliquer ici où vous lirez également d’autres avis que le mien…

 
 

Extraits :

 

Les Italiens ont toujours entretenu l’idéal du bel farniente. La beauté de ne rien faire est pour eux le but suprême du travail, l’accomplissement ultime, celui qui suscite les plus vives félicitations. Plus on excelle dans l’art de ne rien faire, plus on sait s’en délecter, mieux on a réussi dans la vie.

Combien de gens ai-je entendu clamer que leurs enfants étaient le plus grand accomplissement et le plus grand réconfort de leur vie ? Ce sur quoi l’on peut toujours se reposer en cas de crise métaphysique, ou si à un moment donné on doute de son importance. Si je n’ai rien accompli d’autre au cours de cette vie, au moins ai-je bien élevé mes enfants. Mais qu’en est-il si, par choix ou par la force des choses, on ne participe finalement pas à ce cycle rassurant de perpétuation ? Qu’en est-il si on dévie ? Où s’assied-on, lors des réunions familiales ?

 

 

Recherches ayant mené jusqu'ici :

  • mange prie aime ebook gratuit (49)
  • mange prie aime livre pdf (46)
  • mange prie aime pdf (39)
  • mange prie aime pdf gratuit (25)
  • mange prie aime ebook pdf gratuit (2)
  • mange prie aime livre gratuit pdf (1)
  • mange prie aime livre complet pdf (1)
  • mange prie aime gratuit pdf (1)
  • mange prie aime epub format (1)
  • mange prie aime epub ebooks gratuit (1)

8 Comments

  1. Je n’ai pas lu le bouquin mais j’ai vu le film et j’ai beaucoup aimé.
    Peut-être que la partie spirituelle est moins rébarbative en images qu’en mots…

    • c’est fort probable ! Ce n’est pas que le spirituel ne m’intéresse pas, c’est la manière dont il est abordé qui ne m’a pas emballé.

  2. J’ai mis un temps fou à le lire j’ai beaucoup aimé la 1ère partie mais après … Pfiou je me suis ennuyée !
    Je ne pense pas lire la suite à moins qu’il y a une pénurie de livre et qui reste uniquement celui-là

    • ouf ! je ne suis pas la seule ! Merci de ton témoignage, Céline

  3. Il faut que je le lise !
    Et merci pour ton soutien, j’éspère que cela ne t’a pas causé trop de soucis !

    • c’est un livre à découvrir ne serait-ce que pour l’impact qu’il a pu avoir.
      Et ne t’inquiète pas, aucun souci, les personnes de Mademoiselle à Paris ont été fort aimables, même si le premier mail m’a quelque peu surprise…

  4. Je partage vraiment ton avis!!! J’ai essayé deux fois de le lire ….sans succès!!!!
    Je ne doute pas de la sincérité de l’auteur, mais cela ne suffit pas tout le temps. je n’y ai pas trouvé le petit truc qui fait que je me sens touché d’une manière ou d’une autre.

  5. Je crois que ce livre est l un des plus cul cul que j ai lu.
    pour ne rien arranger, ses conneries ont draine des milliers de paumés en quête de miracles à Ubud rendant cette ville assez repulsive.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *