Pages Navigation Menu

Comment une maman arrondit ses fins de mois en BLOGUANT !!

Maman au foyer versus maman qui travaille…

 

maman au foyer

 

Maman au foyer versus maman qui travaille… Je sais, voilà une opposition qu’il est facile de faire, mais je ne pouvais m’empêcher de réagir suite à une discussion que j’ai eue dernièrement avec ma voisine…

 
 

La maman au foyer a d’autres priorités

 

Oui, là encore c’est évident : maman au foyer et maman qui travaille n’ont pas du tout, mais alors pas du tout les mêmes priorités. Je me définis moi-même comme une maman au foyer qui travaille (je suis « autoentrepreneur »), mais c’est la partie « au foyer » qui prépondère chez moi.

Pour illustrer cette différence entre ces 2 types de « maman », je vous propose un retour sur mon échange avec ma voisine, que je vois emmener sa fille de bientôt 3 ans chercher ses frères à l’école (d’habitude, c’est toujours la nounou à domicile que je vois) :

Moi – oh ! c’est chouette, vous avez pu prendre votre journée ! Ca doit faire du bien de profiter un peu plus de ses enfants ?

Ma voisine – oui, bof ! en fait, ma nounou a dû se rendre à un enterrement aujourd’hui, alors je lui ai donné sa matinée.

Moi (un poil gênée) – ah ! oui ! ce n’est pas très drôles comme circonstances…

Ma voisine – ben du coup, on s’occupe comme on peut. On s’est amusé à repriser des chaussettes ce matin ! Ma fille adore jouer avec les aiguilles (sic).

Moi (un peu effrayée par ce drôle de jeu) – ahh ?! Les enfants adorent retrouver les paires aussi…

Ma voisine (qui suit le fil de ses idées et ne me répond pas) – Mais je n’ai donné que sa demi-journée à ma nounou. Je n’ose pas imaginer tout le travail que je vais devoir rattraper du fait de mon absence ce matin au boulot ! Heureusement je vais pouvoir rattraper tout cela, je vais bosser demain matin mercredi alors que d’habitude je ne travaille pas.

Moi (menteuse !!) – Oui, je comprends…

J’ai alors été sauvée par une amie de ma voisine qui arrivait sur ces entrefaîtes et qui a beaucoup mieux compris que moi les étranges priorités de ma maman de voisine : quand sa nounou la lâche, elle (la copine de ma voisine), elle a la « chance « de pouvoir travailler chez elle, étant en profession libérale. Par contre, c’est un peu galère avec sa fille dans les pattes (véridique !).

Vous comprendrez que je me suis alors discrètement éclipsée sur un « Bonne journée », leurs motivations m’étant totalement inconnues. Ou alors c’est moi qui n’ai rien compris et elles ont un travail rudement passionnant…

 
 

La maman au foyer n’a pas de RTT… mais la maman qui travaille non plus !

 

Quoi ? On m’aurait menti ? Il y a une durée légale du travail ? Bien souvent, du lundi au vendredi ?

Bizarre, j’ai l’impression de « travailler » de 7h du mat’ à 20h30 le soir, y compris le week end… Même que des fois, je suis d’astreinte la nuit aussi.

Bon, là je suis un peu mauvaise langue, car les mamans qui travaillent gèrent non seulement leur job mais aussi bien souvent leur maison. Beaucoup n’ont pas de femme « à tout faire » (garde d’enfants + ménage) comme ma voisine (au demeurant très sympa). Du coup, elles ont elles aussi des doubles journées : au travail de 7h du mat’ à 20h30, tout comme la maman au foyer !

Leur journée de RTT sont j’imagine consacrées à tout ce qu’elles n’ont pas le temps de faire quand elles sont à leur travail. Ce ne sont donc pas de vraies journées de RTT, de repos et loisir comme théoriquement prévu.

 
 

La maman au foyer est isolée ?

 

Oui, là c’est un fait, dont beaucoup de maman qui ne travaillent plus se plaignent : lorsque l’on est maman au foyer, on ne voit pas grand monde, hormis les nounous et rares mamans aux sorties d’école…

Personnellement, je me suis obligée à avoir une activité le mardi soir pour justement voir un peu d’autres « adultes ». Mais même là, mes sujets de conversation sont tellement différents de ceux des Autres. Il est vrai que j’ai parfois l’impression de vivre dans une bulle, presque dans un autre monde…

 
 

La maman au foyer n’est pas indépendante

 

Ahh ! L’indépendance « financière » de la femme au foyer… Je me suis vraiment rendue compte qu’elle était inexistante alors que j’allais ouvrir une carte dans une grande enseigne de bricolage, pendant mon cher et tendre partait à la recherche de quelques articles de jardinage…

Pour ouvrir ladite carte, la petite dame assise derrière son bureau commence à prendre note de mon nom, de mon adresse et tutti quanti et arrive à la fameuse question des « revenus » :  là, je lui réponds que je suis en congé parental à temps partiel, travailleur indépendant et que mes revenus ne sont pas encore stables et significatifs, que je lui donnerai plutôt nos revenus quand elle rentrera les données concernant mon mari…

Quelle bavarde n’ai-je pas été là !  Elle s’est mise à râler, qu’il fallait refaire tout le dossier car on ne pouvait pas mettre la carte de fidélité à mon nom, vu que je n’avais pas de revenus ! (le tout en levant les yeux au ciel, histoire que je me sente encore plus humiliée et nulle, il faut bien le dire…)

Tout cela pour vous dire que c’est aussi pour cela qu’il est à mes yeux essentiel d’avoir une source de revenus qui me soit propre, même si je suis une « maman au foyer » : j’ai beaucoup de mal à imaginer ne dépendre que de mon mari pour vivre et subvenir aux besoins de mes enfants. Que se passerait-il s’il arrivait quoi que ce soit à mon cher et tendre ?

Je me forme donc aujourd’hui au « webmarketing », je profite également de cette période de ma vie pour retourner vers mes anciennes amours, la lecture, le développement personnel, les sciences cognitives…

J’ai bien conscience de la chance qui est la mienne, d’autant plus aujourd’hui où le gouvernement parle de réduire le congé parental de 3 à 1 an, congé maternité inclus… Mais c’est là un autre débat.

 
 

C’est à la maman au foyer de se créer sa propre image…

 

Le plus dur quand on est une maman au foyer avant tout, c’est  de s’assumer en tant que telle et oser dire « je m’occupe de mes enfants » quand on vous demande ce que vous faîtes dans la vie.

Par ailleurs, quand on a choisi de mettre entre parenthèse son activité professionnelle, dur dur sera l’éventuel moment où l’on souhaitera revenir sur le « marché du travail ». Du moins c’est ce que toute maman se dit et redoute ; pourtant, tout est dans la façon de vivre les choses et de les présenter.

Si vous êtes une maman au foyer qui prend soin d’elle, qui est fière de son métier de maman et qui ose le dire, votre image ne sera pas aussi négative que certains veulent vous le faire penser. Au contraire, considérez que c’est une chance extraordinaire de pouvoir regarder ses enfants grandir, pas une honte ni un retour en arrière comme le laisse à penser certains féministes.

Et si le nouveau féminisme, c’était d’avoir le choix et de pouvoir dire non : non, je ne veux pas assumer une « carrière » professionnelle et une maison qui tourne ; non, je veux ne pas de l’égalité « hommes/femmes » parce que de toute façon, cette égalité est-elle vraiment possible !?

De la même manière, si vous êtes maman au foyer et que que vous envisagez le retour vers la vie professionnelle, sachez valoriser ce que vous aurez fait pendant cette période de votre vie, à l’image de cette femme qui a fait le buzz en octobre dernier et qui a construit son CV avec humour autour de ces activités « ménagères ».

Après tout, quelles sont les vraies valeurs, les vraies priorités ? Celles imposées par un travail que vous n’hésiteriez pas à quitter si demain vous gagniez au Loto ? Ou celles de votre famille, vos enfants, votre vie quoi !!

Votre « foyer » existera toujours, alors que votre patron n’hésitera pas à se séparer de vous à la moindre défaillance, de vous ou de son entreprise…

 

Et vous, mamans au foyer, mamans qui travaillent, l’êtes-vous par choix ou par obligation ? Comment vous épanouissez-vous dans votre rôle ? Qu’est-ce qui au contraire vous fait « souffrir » au quotidien ?

 
 

Recherches ayant mené jusqu'ici :

  • mère au foyer versus mère qui travaille (3)
  • mere au foyer mere active (2)
  • ma mere en nuisette a la maison (1)

8 Comments

  1. Perso, je supporte mal les deux journées en une, le boulot + le bébé et la maison. Et encore, j’ai un homme qui fait beaucoup à la maison heureusement!!
    Sinon, parfois, je m’imagine ne pas travailler et devenir maman au foyer, je serai une maman heureuse mais je ne pense pas une femme épanouie… !
    Voilà , c’était mon petit avis et très bel article; j’ai aimé te lire !

    • Merci MacyMa de ton témoignage. Il confirme que la place de « maman » est difficile à trouver : travail ou maison ? Les 2 ont leurs avantages et leurs inconvénients…

  2. Bien que dentiste de formation, je me suis arrêtée de travailler pour m’occuper de mes 3 enfants et c’est vrai que ce statut est souvent mal perçu. « On ne fait rien, on ne gagne pas d’argent… » Mais comme tu le dis, il faut assumer et mettre en avant ce job à temps plein : mes enfants sont grands, sur des rails solides et vraiment je ne regrette rien, je suis même très fière de ce qu’ils sont devenus, un petit peu grâce à ma présence ? Une femme qui peut choisir, c’est une chance. Après il faut rester à la maison si on s’y sent bien. Ce n’est pas la peine de s’occuper de ses enfants si on n’y trouve pas de satisfaction. Pour ma part j’ai toujours eu du mal à déléguer…mais je comprends tout à fait qu’une femme préfère travailler et ne la juge pas. J’aimerais simplement qu’à l’inverse, les femmes qui travaillent soient moins désobligeantes à notre égard, trop de mépris que j’ai souvent rencontré et que je regrette…Bel article en tout cas ! 🙂

    • complètement d’accord avec toi. Le tout est de faire le choix qui nous correspond (enfin, quand il y a vraiment choix car certaines voudraient bien retravailler mais ne trouvent pas de job, d’autres travaillent car y sont obligées pour faire chauffer la marmite).
      En tous les cas, ce qu’il faut c’est respecter le choix de chacune.

  3. J’ai qu’un mot à dire BRAVO!!! pour ce post qui résume clairement la situation de la « femme au foyer »! Je suis comme toi autoentrepreneuse et je m’occupe des enfants, il m’ a fallut beaucoup de temps pour m’épanouir dans cette situation à cause du discours « des autres » car je travaillais dans le luxe et à croire que mes enfants n’étaient pas à la hauteur des enseignes pour lesquelles je travaillais! aujourd’hui le luxe ce sont mes filles et cette vie là! des bises et encore BRAVO!

    • merci beaucoup ! il est clair que le regard des autres y est pour beaucoup dans la manière dont on vit son statut de « maman au foyer »…

  4. Coucou
    super ton article et comme tu le dis certaines n’ont pas le choix, faut faire chauffer la marmitte!!
    Mais quel regret de ne pas me consacrer à mon loulou qui grandit trop vite !!
    J’ai par exemple eu envie de braire quand je lui ai acheté ses premiers petits caleçons pour remplacer les bodies !!
    Bref, je ne suis pas seule mais n’aime pas déléguer : aussi maison boulot dodo c’est tou tmoi et on peut rajouter loulou.
    tchao !

    • merci Lola de ton témoignage. Tu abordes un point dont je n’ai pas parlé dans l’article : la place du conjoint. Je crois que c’est à la maman de se forcer à déléguer, même si elle trouve que son cher et tendre ne fait pas tout bien comme elle ferait et surtout si le papa a tendance à se laisser dorloter (tellement plus agréable !)…
      Un enfant se fait à 2 et entraîne de gros chamboulements dans un couple : il revient aux 2 parents de faire ce qu’il faut pour s’entraider et se préserver…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *