Pages Navigation Menu

Comment une maman arrondit ses fins de mois en BLOGUANT !!

Inversion de l’idiotie – David Foenkinos

femme au foyerVoilà longtemps que je voulais lire un roman de David Foenkinos et j’ai décidé d’aborder son oeuvre par son tout premier roman : Inversion de l’Idiotie – De l’influence de deux polonais.

Autant dire que je n’ai pas été déçue…
 
 

Le Résumé :

 

Victor est un jeune homme devenu richissime après avoir gagné à un célèbre jeu de pari sur des courses de chevaux. En ménage depuis plus de dix ans avec Térésa, celle-ci le quitte après un cadeau quelque peu original mais trop inattendu à son goût et surtout peu à la hauteur de leurs nombreuses années de vie commune.

C’est alors le moment où Victor rencontre Conrad, neveu de Milan Kundera et simple d’esprit. Cette rencontre va changer sa vie : Conrad emménage chez Victor et Térésa. Cette-dernière prend pour prétexte sa passion résurgente pour la peinture pour rester dans l’appartement. Elle a en fait été séduite par le jeune Conrad, dont la naïveté et la gentillesse semble amadouer tous ceux qui le rencontrent…

 
 

A propos de l’auteur :

 

David Foenkinos est né en 1974. Après avoir étudié les Lettres à la Sorbonne, passionné de jazz, il devient professeur de guitare.

Inversion de l’Idiotie est son premier roman. Son oeuvre est marquée par le thème de l’Amour, omniprésent, et par un humour frisant souvent le loufoque.

Auteur polychrome, il publie également un livre sur John Lennon et un autre inspiré de l’affaire Florence Rey.

 
 

Mon point de vue :

 

Inversion de l’idiotie est un roman très original, trop peut-être.

J’avoue ne pas trop savoir qu’en penser : j’ai ri de nombreuses fois, relu certaines phrases bien tournées à plusieurs reprises, mais j’ai aussi eu du mal à progresser dans l’histoire. La loufoquerie, voire l’absurdité des situations m’a un peu perdue. L’apparition des deux Polonais dont on nous parle dans le sous-titre tarde à venir. Elle crée un rebondissement savoureux dans le roman, puis la suite s’enchaîne bizarrement.

J’imagine que l’auteur a souhaité nous parler de la naïveté et de l’innocence des vraies relations, qu’elles soient amoureuses ou amicales. Il aborde également les thèmes de la solitude, de la lourdeur des apparences et de l’image que l’on veut se donner.

Ou alors peut-être ne faut-il pas chercher midi à quatorze heures et lire le roman, en toute simplicité…

La fin est quelque peu surprenante, mais elle est finalement à l’image du livre : elle tombe d’un coup, comme cela, ce qui nous donne sans nul doute un bon aperçu de ce que vit Victor. Là-dessus, je n’en dirai pas plus, cela vous gâcherait le plaisir de la lecture…

J’ai par contre apprécié la description et l’évolution des personnages, notamment du malheureux Victor. A force de se poser trop de questions et de chercher à manipuler son monde, le pire lui arrive mais il semble à peine s’en rendre compte !

En bref, Inversion de l’Idiotie est un roman fait de hauts et de bas, de tendresse et d’humour, beaucoup d’humour !
Je relirai David Foenkinos avec plaisir car il m’a laissé sur ma faim et m’a donné envie de le découvrir un peu plus.

 
Si vous souhaitez en savoir plus sur ce livre, je vous invite à cliquer ici !
 
 

Extraits :

 

Je venais d’avaler un café auquel je n’avais pas eu le droit de contester l’excessive présence de lait. Ma mère, et ceci malgré mes supplications, n’accepta pas que je le boive noir. J’étais son fils et son fils, elle le connaissait mieux que moi, buvait son café avec beaucoup de lait et deux sucres. Bref, je m’arrêtai au comptoir d’un bistrot pour vérifier l’exactitude de mes habitudes (l’insistance et la force de persuasion de ma mère m’avaient fait douter).

J’admirais toutes les femmes pour être des hommes dotés d’une temporalité mieux huilée. Elle avait su avant moi mes intentions alors que, le plus souvent, mes intentions me paraissaient hasardeuses, voire sorties de nulle part.

 
 

3 Comments

  1. Tiens je ne connaissais pas ce roman là !
    J’adore cet auteur, d’ailleurs je viens de faire une chronique sur « Nos séparations » !

    merci pour ton avis !

  2. Lu il y a pas mal de temps… merci pour ce rappel! Je l’avais bien aimé, mais je préfère cependant les romans plus récents de cet auteur, plus profonds – sans perdre pour autant leur (fausse) apparence de légèreté. Dans un style plus grave, je ne peux que vous recommander « Les Coeurs autonomes » du même auteur.

    • merci pour ce conseil et cet avis !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *