Pages Navigation Menu

Comment une maman arrondit ses fins de mois en BLOGUANT !!

L’Impératrice de la soie – Tome 1 – José FRECHES

 
 
imperatrice  soie
 
 

Alors que je me baladais comme souvent dans une grande enseigne de produits culturels, à la recherche de mes prochaines lectures, je tombais sur la deuxième saga écrite par José Frèches : l’Impératrice de la soie.

Cela tombait bien, je ne connaissais pas du tout l’Histoire de la Chine et le sujet m’interpellait immédiatement. Une femme, issue du peuple, qui devient impératrice, voilà qui n’est pas courant et qui ne pouvait que me séduire !

 
 

Le résumé :

 

Tome 1 – Le Toit du monde :

 

L’intrigue se déroule en 655, sur la Route de la Soie, à cheval entre la Chine, l’Inde, le Tibet ; différents courants religieux se développent : l’église nestorienne, l’église bouddhiste du Grand Véhicule, celle du Petit Véhicule, l’église manichéenne.

En parallèle, le lecteur découvre les intrigues de la cour de Chine et suit avec passion le chemin que trace la nouvelle impératrice Wuzhao, fervente bouddhiste.

Le jeune Cinq Défense, bouddhiste du Grand Véhicule, doit récupérer un sûtra rédigé par son Maître et se retrouve chargé de prendre soin de deux jumeaux nés d’une union non autorisée…

Umara, fille adolescente du chef de l’église nestorienne, découvre les joies de la liberté avec le petit Brume de Poussière…

Pointe de Lumière n’hésite pas à mettre en péril l’élevage de vers à soie de son Maître pour avoir l’occasion de retourner au Temple du Fil Infini chercher d’autres oeufs de bombyx. Il retrouvera là-bas Lune de Jade, jeune ouvrière experte dans les plaisirs de l’amour…

D’autres personnages mystérieux, parfois inquiétants, enrichissent l’intrigue, tel ce Nuage Rouge qui ingurgite de drôles pilules et fait parfois montre d’une grande violence…

Les destins de tous se retrouvent entremêlés autour de la fabrication et du commerce de la Soie, le long de la Route du même nom.

 
 

A propos de l’auteur :

 

Ecrivain français né en 1950 à Dax, José Frèches est avant tout un passionné de culture : reçu premier au concours de conservateur de musées de France et après plusieurs années passées dans des musées prestigieux, il intègre l’ENA après son service militaire et devient en 1978 conseiller à la Cour des Comptes.

Il travaillera à la ville de Paris auprès de Jacques Chirac, créera la Vidéothèque de Paris, lancera le câble et occupera diverses fonctions dans l’audiovisuel, dont celui de directeur à Canal + puis PDG de Midi Libre.

En parallèle de son activité d’écrivain, débutée en 2002 par la trilogie du Disque de Jade, il fera partie de l’équipe de communication de Nicolas Sarkozy lors de la campagne 2007.

Depuis toujours passionné par la Chine, il supervisera le Pavillon France pour l’exposition universelle de Shanghaï de 2010.

 
 

Mon point de vue :

 

Au premier abord, on peut se dire que l’histoire est complexe, du fait notamment de la multiplicité des personnages et des religions représentées.

Tout l’art de José Frèches est de nous guider à travers son intrigue sans nous perdre et de nous maintenir en haleine jusqu’au bout de ce premier tome, qui nous donne envie de très vite passer au second. Le contexte politique – la Chine sous la dynastie des Tang, rend l’histoire d’autant plus passionnante.

Il sait également rendre accessible au néophyte les différences entre les courants religieux évoqués.

Seul bémol : certaines descriptions de scènes d’amour prêtent à sourire, avec l’emploi de termes « chinisant » tel « son bâton de jade », d’autres sont plutôt gore, lors notamment des accès de violence de Nuage Fou.

Mais ces rares passages sont vite oubliés tant l’histoire nous embarque.

En bref : J’ADORE… et comme le montre la couverture du roman, je n’en suis pas à ma première lecture…

 
 

Extrait :

 

Sur la Route de la Soie, les croyances et les religions se mesuraient entre elles un peu comme les chevaux à la course, chacune essayant de se donner les atouts pour faire avancer ses pions.

Ainsi, dans ce concours de puissance, l’avantage allait à celui qui était le plus riche et pouvait offrir aux nouveaux convertis les assurances économiques les plus solides, et surtout, à celui qui était capable d’étaler les fastes de sa puissance en édifiant les plus grandioses bâtiments dédiés au culte de ses dieux.

La soie clandestine était donc depuis deux ans, pour l’Eglise de Lumière, la véritable aubaine qui lui avait permis d’ériger le splendide bâtiment de pierres rouges qui faisait l’admiration de tous.

 

Vous voulez en savoir plus ? Cliquer ici !

 

A suivre : Tome 2 – Les yeux de Bouddha…

 
 

2 Comments

  1. Bonjour Line,

    Je viens de découvrir ton blog grâce à Aurélien Amacker qui a posté ton lien sur Facebook.

    Moi qui dévore les livres et qui ne jure que par l’originalité, je ne pouvais qu’aimer ton blog! Je raffole de ton design: les couleurs, les photos, la typographie… un parfait équilibre entre du limpide et du punchy. J’adore! Je l’ajoute de ce pas dans mes favoris et vive la suite!

    Melody
    Journaliste freelance

    • Bonjour à toi, Melody

      je suis ravie que le design du site plaise aussi aux femmes 😉

      Ton site est très original, drôle et VIVANT !

      « İyi şanslar » pour la suite
      (là, je prie pour cela veuille bien dire « bonne chance » en turc…)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *