Pages Navigation Menu

Comment une maman arrondit ses fins de mois en BLOGUANT !!

J’irai cracher sur vos tombes – Boris Vian

 

boris vian

 

J’étais partie pour emprunter dans ma bibliothèque favorite L’Ecume des jours de Boris Vian. Absent des rayonnages (effet du film tout juste sorti ?), je me suis « rabattue » sur J’irai cracher sur vos tombes… Autant dire que je n’ai pas été déçue… Attention, chef d’oeuvre !
 
 

Le résumé :

 

Après la mort de son frère, Lee Anderson a quitté sa ville natale pour prendre un poste de libraire dans une petite ville du Sud des Etats Unis. Il ne tarde pas à entrer dans la bande de jeunes locale, avides d’alcool et de sexe. Il rencontre deux sœurs issues de la bourgeoisie d’une ville voisine : leur beauté l’hypnotise mais il ne perd pas de vue ce pourquoi il est venu jusqu’ici : venger la mort de son jeune frère.

 
 

A propos de l’auteur :

 

Né en 1920, Boris Vian était ingénieur de l’Ecole Centrale avant de se tourner vers l’Art. Tour à tour scénariste, acteur, peintre, musicien, c’est pour ses écrits qu’il est surtout connu.

Boris Vian a publié plusieurs romans sous des pseudonymes, notamment Vernon Sullivan dont il se servira pour J’irai cracher sur vos tombes. Sous la plume de Sullivan, il décrit la condition des Noirs Américains dans une société blanche marquée par le racisme.

Auteur très prolixe, poète, amoureux des jeux de mots et plein d’humour, il sera soutenu par Léo Ferré et Georges Brassens. Il a notamment inspiré Serge Gainsbourg.

Il fut décrié de son vivant mais devint une icône pour la jeunesse des années 1960, grâce notamment à l’Ecume des jours.

Il mourra à seulement 39 ans lors de la projection de l’adaptation cinématographique de J’irai cracher sur vos tombes.

J’irai cracher sur vos tombes a été interdit en 1949 et Boris Vian alors condamné pour outrage aux bonnes mœurs.

 
 

Mon point de vue :

 

J’irai cracher sur vos tombes est le premier Vian que j’ai lu et j’ai franchement pris une grande claque !

Je ne m’attendais pas du tout à ce type d’histoire : ce livre m’intriguait, il était « connu » mais je n’en savais pas plus. La quatrième de couverture ne laissait rien filtrer de l’histoire. J’étais donc totalement vierge de tout préjugé au début de ma lecture.

Je me suis retrouvée littéralement emportée par le scénario et le style de Vian : l’auteur a su transmettre le charisme de Lee, son héros plein de mystère. Ni Blanc ni Noir, Lee est intelligent, cultivé, séduisant. Avide de vengeance, il apparaît pourtant comme un être conscient du Mal, à l’instar de cette scène où il se retrouve face à deux enfants contraintes à la prostitution par une « négresse ».

Vian a souhaité dénoncer le racisme dont étaient victime les Noirs dans le Sud des Etats Unis. Il ne faut pas oublier qu’il a écrit ce roman en 1946, alors que les lois ségrégationnistes ont cours aux Etats Unis et que le lynchage des populations noires est régulièrement pratiqué.

Violence, sexe, sadisme, perversité sont des ingrédients de ce roman mais n’en constituent pas l’essence. Certains scènes sont dérangeantes, voire choquantes : autant dire je ne suis pas ressortie indemne de ce livre incontournable, devenu un classique.

A lire absolument !

 
 

Extraits :

 

Dex grimpa les deux marches de l’entrée qui était sur le côté de la maison. Une grosse négresse vint ouvrir en réponse à son coup de sonnette. Sans rien dire, elle nous tourna le dos et Dexter la suivit. Je refermai la porte derrière moi. Au premier, elle s’effaça pour nous laisser passer. Dans une petite pièce, il y avait un divan, une bouteille et deux verres, et deux gosses de onze à douze ans, une petite rouquine ronde et couverte de tâches de rousseur, et une jeune négresse, la plus âgée des deux, à ce qu’il semblait.

 

Jusqu’ici, j’avais vécu sans aucune difficulté et sans connaître l’incertitude, jamais, d’une façon ou d’une autre, mais cette histoire commençait m’exciter et ça tournait moins rond que d’habitude.

 
 

2 Comments

  1. Boris Vian a marqué ma jeunesse. Une littérature à découvrir.

  2. Merci de nous avoir fait partagé cette lecture. Tout comme toi avant ce livre, je n’ai jamais rien lu de Boris Vian. J’ajoute donc ce livre à mon panier Amazon. Je viens de terminer la Couleur des Sentiments, un autre très beau récit décrivant la vie des bonnes noires chez les riches blancs du Mississippi. Un récit terriblement touchant.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *