Pages Navigation Menu

Comment une maman arrondit ses fins de mois en BLOGUANT !!

Alice aux pays des Merveilles – Chauvel et Collette

 

livre a lire

 

Qui n’a pas lu ou vu le dessin animé d’Alice au Pays des Merveilles ? Chacune d’entre vous a en tête cette petite fille blonde, le lapin blanc et sa montre gousset ou le chat du Cheshire qui apparaît et disparaît mystérieusement….

Mais connaissez-vous si bien que cela cette histoire ?

Je l’ai redécouverte à travers cette superbe BD de Collette et Chauvel… Vous allez être surprises !

 
 

Le Résumé :

 

Savez-vous quelle est l’origine de cette histoire ? Sir Lewis Caroll (de son vrai nom  Charles Dodgson) l’a inventée pour une petite fille répondant au nom de Alice Liddell, alors âgée de dix ans.

Il l’avait rencontrée à bord d’un bateau voyageant sur la Tamise et avait répondu à sa sollicitation : lui raconter une histoire pour la distraire de cet ennuyeux voyage…

Les Aventures d’Alice au Pays des Merveilles racontent donc le périple d’une jeune fille se prénommant Alice, tombée dans le terrier d’un lapin. Elle boira le thé avec un Chapelier Fou et le Lièvre de Mars, jouera au croquet avec une Reine de Coeur qui ne fait que décapiter ses sujets et se réveillera suite à l’attaque du jeu de cartes, gardes de la Reine….

 
 

A propos de l’auteur :

 

Charles Lutwidge Dogson dit Lewis Caroll est né le 27 janvier 1832 à Daresbury, dans le Cheshire. Fils de pasteur, gaucher, il bégaie comme nombre de ses frères et soeurs (ils sont onze enfants !). Enfant choyé et protégé dans un véritable cocon familial, le contact avec les autres élèves des écoles qu’il fréquente est rude. Sa timidité extrême et son bégaiement sont sources de moqueries, le poussant à se replier sur lui-même et développer toujours plus son monde intérieur et ses facultés littéraires.
Professeur de mathématiques, il se passionne également pour la photographie.
Outre les Aventures d’Alice au Pays des Merveilles, Lewis Caroll est également l’auteur de De l’Autre Côté du Miroir et de la Chasse au Snark, une autre œuvre capitale de Carroll, écrite en vers et qui recèle des myriades d’interprétations symboliques possibles.

 
 

Mon point de vue :

 

Tout simplement magnifique ! Je lis assez peu de BD, pourtant je suis de plus en plus séduite par ce style de littérature.

D’abord sensible aux dessins, couleurs et formes des textes, c’est ensuite bien sûr l’histoire qui doit m’interpeller.

Je me rappelais les grandes lignes d’Alice aux Pays des Merveilles et j’étais dans un premier temps surprise par la BD de Collette et Chauvel, publiée à l’occasion de la sortie en salle de l’adaptation du célèbre conte par Tim Burton, en 2010.

Pourquoi surprise ? Car mon souvenir n’était pas aussi sombre… La BD est pourtant très fidèle à l’oeuvre originelle de Lewis Caroll (je l’ai relue pour l’occasion). Mais les adaptations très enfantines et naïves réalisées notamment par Disney m’en avaient donné une image déformée.

Saviez-vous ainsi qu’Alice est une petite fille brune et non blonde, comme souvent représentée ?

Vous rappelez-vous cet épisode du bébé qui se transforme en cochon ? Non ? Moi, non plus, je ne m’en souvenais plus. J’ai été déçue par contre de ne pas retrouver certains personnages qui étaient dans mon souvenir. Je pense aux jumeaux Tweedledum et Tweedledee ou encore à Humpty-Dumpty, le fameux oeuf qui se promène sur un mur. Ma mémoire m’a en fait trompée sur ce point : ces personnages apparaissent dans un autre conte de Lewis Caroll, De l’Autre Côté du Miroir, et non dans Alice au Pays des Merveilles… C’est aussi un peu la faute à la première version réalisée par Disney d’Alice au Pays des Merveilles, car les jumeaux y apparaissent alors que ce n’est pas le cas dans le conte de Caroll.

J’ai découvert par ailleurs de nouvelles aventures d’Alice et j’ai vraiment retrouvé la magie du conte, les thèmes abordés sont bien présents et parfaitement rapportés. Je pense dans un premier temps aux chansons et comptines, dans un second temps au non-sens, à la folie, à l’identité, au langage, au temps qui s’écoule, et bien d’autres encore… C’est en cela que je suis très admirative du travail fait dans la BD : certes, la simplification du texte d’origine se ressent parfois du fait d’un enchaînement peu compréhensible de certaines scènes. Pourtant, la complexité de l’oeuvre est malgré tout présente.

Les dessins sont magnifiques, les couleurs rendent bien les différentes étapes du voyage d’Alice. C’est en tout cas un univers sombre qui est dépeint, pas aussi enfantin que l’on pourrait se le rappeler. J’ai en cela trouvé la BD très « Timburtonesque »…

Pour un texte souvent étudié en classe de philosophie, en faire une bande dessinée et en rendre l’essence originelle n’était pas gagné… Le pari est malgré tout réussi !

 

Vous souhaitez lire d’autres commentaires sur cette bd. Cliquez ici !

 
 

Extraits :

 

Ne vous imaginez pas être différente de ce qu’il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n’étiez avant d’être devenue ce que vous êtes.

 

livre a lire
livre à lire

 

5 Comments

  1. Pourriez vous me donner la date d’édition de cette bande Dessinée , merci
    J’ai envoyé l’info dans mon groupe sur FB :
    https://www.facebook.com/groups/Lunesoleil/

    • 10 Mars 2010 – Editeur Drugstore.

  2. un petit coucou
    ce doit être sympa à lire, gros bisous

    • coucou Audrey !
      très sympa en effet.
      C’est l’une des choses que j’apprécie dans les BD : cela se lit généralement vite, chacun y prend ce qu’il a envie.

  3. Je ne lis pas beaucoup de BD non plus, mais comme je suis touchée par tout ce qui est Alice aux pays des Merveilles.. Je la lirais sûrement! : )

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *